Dégagement de la remise, installation du bureau et récupération des accessoires envisagés pour la prise de vues. Mise en place d’un éclairage avec 2 sources ponctuelles, une à l’aplomb du bureau et l’ autre en direction de la chaise qui simulera le cône de lumière de la lampe de bureau. L’éclairage ponctuel (opposé à éclairage diffus) permet de "dramatiser" la scène et prépare le fondu au noir de la retouche à venir.
Recherche du cadrage, composition de la scène, calage de l'éclairage...
Une fois le cadre et la composition déterminés, il faudra une vingtaine de prises de vues pour obtenir ce cliché qui représente le meilleur compromis au vu des attitudes respectives des figurants.Pour dynamiser la scène, l'interrogateur (prétendu) devait taper le bureau du plat de la main, le bourreau (prétendu) devait faire amorcer les pinces et la victime (prétendue) devait avoir un geste de recul à ce moment.
Un classique de la photo de groupe, une ou deux personnes n'ont pas l'attitude souhaitée, (grimace, yeux fermés etc.) dans ce cas je multiplie systématiquement les prises de vues ce qui me permet ultérieurement de récupérer des éléments de retouche dans d'autres clichés.La première retouche consiste donc à redonner par ce procédé un regard et une position plus dynamique à l'interrogateur.
En travaillant avec le fichier RAW on va pouvoir récupérer des données non exploitées par les développements standards, ici nous allons récupérer un peu de matière dans les hautes lumières. Puis nous travaillons le fondu au noir qui va nous permettre de "dramatiser" l'atmosphère et de commencer à éliminer les objets qui perturbent la lecture en périphérie de la photo (portes, prises etc.). En dernier lieu on commence à ajuster les contrastes locaux et la colorimétrie.
2ème passe: travail des contrastes locaux , correction la dominante jaune.
Travail sur les perspectives et l'inclinaison.
On travaille sur les teintes rouges de manière sélective et on donne également un peu plus de lisibilité aux étincelles générées par les pinces.
Retouche des anamorphoses (tête du personnage à droite et batterie au premier plan) liées à l'angle de prise de vue, à la focale 18mm utilisée et au changement de perspective précédemment effectué. Retouche des contrastes locaux au niveau de la chaise.
On rajoute de l'eau dans la bassine (parce qu'on ne voulait pas vraiment l'électrocuter au départ...)
On termine le fondu au noir, on ajoute une fiche d'identité sur l'écran portable et surtout on matérialise avec une belle étincelle le contact des 2 pinces. Notre scénario prévoyait des écrans sur le mur: Nous avons dû avoir recours au tout début da la prise de vue à des technologies avancées pour nous permettre de prendre en compte l'insertion future des écrans dans le cadrage final ... (Le budget en a souffert, mais c'était indispensable)
Hé, oui ! (Linda de Sousa Technique)
Nous récupérons une image d'archive publicitaire et nous allons préparer nos écrans.
On commence par le détourage, facile...
On cherche la bonne perspective (rappelez vous des cartons) et on donne un relief 3 D à l'écran...
On duplique l'écran et on finalise la perspective de l'ensemble...
On cale les hautes lumières pour l'insertion dans le halo lumineux...
Puis on ajoute un masque pour simuler le flux du halo lumineux. (Cette retouche et les trois précédentes sont bien sûr faites en situation pour apprécier les rendus et les perspectives et pas au milieu de la photo comme dans cet exemple.)
On pratique les insertions des photos de produits en action (Photos de Manu MOREL), et nos écrans sont prêts à être insérés dans l'image finale.
Insertion des écrans: Pour finaliser le travail, on ajoute l'ombre portée de la tête du rider sur l'écran du centre, et les ombres des trois écrans sur le mur.

VERSION DÉFINITIVE RÉALISÉE PAR L'INFOGRAPHISTE POUR LA PARUTION
INTRODUCTION  -  LE CHALLENGE F.ONE   /  LA RETOUCHE PAR L'EXEMPLE

Daniel BODIN - Photographe - Montpellier / Tous droits réservés